14-18 : La grande collecte

Post 163 of 185
carnet

Un siècle après, beaucoup dorment chez les descendants de ceux qui ont connu cette époque. Photo DR

Les particuliers qui possèdent des documents concernant la Première Guerre Mondiale peuvent les amener au service des archives.

Nancy. C’est un album photo qui a près d’un siècle : des clichés de Saint-Mihiel dans la Meuse pris par un soldat allemand. Le particulier qui le possédait l’a confié aux archives départementales de Bar-le-Duc. Toutes les images seront scannées et un responsable de ce service est même venu à Nancy pour interroger le propriétaire, dont les aïeux, français et allemand, ont combattu à la même époque au même endroit.

Dimension mondiale

Au départ, ce rare document avait été proposé aux archives meurthe-et-mosellanes, mais elles ne participent pas à « la grande collecte », l’opération qui va permettre d’enrichir les archives à l’aube du centenaire de la Grande guerre.

« Nous ne pouvons pas assurer l’organisation que demande cette très lourde opération », explique-t-on aux archives départementales à Nancy. « Il s’agit d’une collecte temporaire au cours de laquelle on numérise les documents qu’on rend aussitôt. Nous n’avons ni les moyens matériels ni les moyens humains pour le faire », regrette un responsable, qui précise toutefois, que « les archives de Meurthe-et-Moselle poursuivent ‘’une politique d’acquisition et de collecte de fonds privés’’ sur la guerre de 14. À condition que ce qui est proposé soit ‘’rare’’ et ’’représentatif et pertinent’’ par rapport aux recherches historiques ». L’ensemble des documents privés, correspondance « parce que l’on a beaucoup écrit durant le conflit » ou journaux de guerre, représente une « masse colossale », qui nécessite tri, étude et classement.

Un siècle après, beaucoup dorment encore chez les descendants de ceux qui ont connu cette époque. Afin qu’ils ressortent des cartons et des greniers, la mission du Centenaire, les Archives de France et la Bibliothèque nationale se sont associées pour lancer cette opération. « Nous pensons qu’il reste toujours des trésors chez les particuliers. Le principe est de regarder le document apporté, de le numériser et d’interroger le propriétaire », indique-t-on aux archives de la Meuse, naturellement intéressées par une telle collecte. Ensuite, « nous signons un contrat avec le détenteur de l’objet ou du document, afin de pouvoir mettre en ligne l’image sur la bibliothèque en ligne www.europeana1914-1918.eu »

La « grande collecte » s’inscrit, en effet, dans une vaste opération internationale déjà menée dans neuf pays. Ces souvenirs venus de toute l’Europe et accessibles à tous rendront à la guerre de 14-18 toute son ampleur et sa dimension mondiale.


P. P.

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/11/07/14-18-la-grande-collecte

Tags: , , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont