La Meuse en première ligne

Post 159 of 184
ouverture centenaire

François Hollande a ouvert hier le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Photo Alexandre MARCHI

 

À l’issue du discours très inspiré de François Hollande, Christian Namy, président du Conseil général de la Meuse, et Jean Louis Dumont député de Verdun, étaient tout galvanisés. « Des problèmes pour le Centenaire en Meuse, non, pas du tout ! », tranchait Christian Namy. Il avait sans doute apprécié qu’au moment d’évoquer les lieux emblématiques de la Grande Guerre, « où l’histoire s’écrit autour des monuments, des musées des cimetières » ce soit celui du Mémorial de Verdun qui soit cité en premier par le président. Première place donc pour le Mémorial, devant l’Historial de Péronne dans la Somme, le Musée de la grande Guerre du pays de Meaux, l’espace Muséal sur le Chemin des Dames.

Sensible aussi la Meuse au souvenir de Maurice Genevoix, blessé aux Eparges et que François Hollande a également cité. « Ce que nous avons fait, c’est plus que ce que l’on pouvait demander à des hommes et nous l’avons fait », écrivait l’auteur de « Ceux de 14 ».

Au cœur de la bataille

La Lorraine bien entendu, occupera une place importante dans ces célébrations. Et la Meuse y sera en première ligne. « Ce qui compte, c’est qu’on réussisse, c’est la seule chose qui vaille », confiait Christian Namy. « Les éventuels problèmes de personnes passent après. La place de la Meuse dans la guerre est primordiale ». Il évoquait sans le citer, les difficultés qui l’opposent à Arsène Lux, maire de Verdun. « Kader Arif secrétaire d’Etat aux Anciens combattants viendra sans doute en février à Verdun. Il y a là une problématique importante. Celle du champ de bataille. Car cette Zone Rouge, c’est 13.000 ha au cœur de la bataille de Verdun ». 12 millions d’euros seront consacrés à la rénovation du Mémorial, et 6 millions à Douaumont. Christian Namy est également membre de l’association Paysages et Sites de Mémoire de la Grande Guerre qui vise à faire inscrire ces sites au patrimoine de l’Unesco d’ici 2018. Les petites initiatives labellisées par la mission du Centenaire sont nombreuses : de juillet à septembre 2014, Stenay reconstituera un itinéraire des batailles méconnues qui se déroulèrent à la frontière belge, dans les premiers mois. Le département a lancé avec l’ONF une souscription pour le classement de la Forêt de Verdun en Foret d’exception. La forêt toujours, mais celle des Vosges, où se déroulèrent d’âpres combats, est entrée dans la boucle du tourisme de mémoire. Des communes vosgiennes et du Haut-Rhin se sont unies pour tracer des chemins de randonnée afin que l’on y découvre le patrimoine militaire en milieu forestier.

C’est le Hartmannswillerkopf ou le site de Fontenelle qui sont valorisés et se muent en un lieu de mémoire franco-allemand. À Nancy, dont le maire copréside le comité des maires pour le Centenaire, le temps fort sera, dès février 2014, une exposition sur l’été 1914 et la bataille du Grand Couronné, période charnière, au Musée Lorrain.

Monique RAUX

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/11/08/la-meuse-en-premiere-ligne

Tags: , , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont