La plaque a livré ses secrets

Post 119 of 184
les-restes-du-soldat-winckelmann-retrouves-a-haumont-photo-dr

Les restes du soldat Winckelmann retrouvés à Haumont. Photo DR

Verdun. On en sait aujourd’hui un peu plus sur Hans Winckelmann, le soldat allemand de 14-18 retrouvé vendredi dans les bois du village détruit d’Haumont-près-Samogneux (notre édition d’hier). Ses restes ainsi que sa plaque d’identification avaient été mis au jour à la faveur de travaux de l’ONF. Jean-Claude Laparra, spécialiste de l’organisation et du fonctionnement de l’armée allemande durant la Grande Guerre a décrypté les inscriptions de ladite plaque. Hans Winckelmann est donc né le 9 décembre 1897 à Ratzeburg dans le land de Schleswig-Holstein sans doute dans la Bahnhofstrasse. « Il est donc prussien du nord de l’Allemagne, mais est affecté dans une unité du Pays de Bade », explique l’historien. Ce qui n’est pas normal. « La confédération que constitue l’Empire n’a pas d’armée impériale. Les 25 Etats sont liés par des accords et il y a quatre ministères de la guerre : en Prusse, en Saxe, dans le Wurtemberg et en Bavière ». Une organisation très compliquée puisque « l’armée badoise qui constitue le 14e Corps d’armée est incluse dans le corps d’armée prussien ».

Il portait un « casque d’acier »

Hans Winckelmann « appartient à la classe 1917 et a été appelé au service entre mars et novembre 1916 au Ier bataillon de remplaçants du 110e régiment de grenadiers : ayant été affecté précisément au Ier dépôt de recrues. Sa garnison est Mannheim. Le régiment a aussi une fraction à Heidelberg. Au lieu d’être muté au front au 110e régiment de grenadiers faisant partie de la 28e Division d’Infanterie, Hans est affecté au 111e régiment d’infanterie de réserve, qui appartient à la 28e Division de réserve.Toutefois, il relève toujours du même contingent badois. Son affectation se fait sous le numéro 1040 dans la 3e compagnie (Ier bataillon) ».

Pourquoi se trouve-t-il dans un régiment badois ? Mystère. « Ses parents ont dû déménager ou il est peut-être allé travailler là-bas et on ne l’a pas renvoyé dans le Schleswig pour se faire incorporer », explique Jean-Claude Laparra.

Quant à la date de sa mort le 21 ou le 22 février 1916, elle est impossible selon l’historien. Puisque Hans Winckelmann porte « le casque d’acier qui ne s’est généralisé qu’au printemps 1917 ». Puis il précise le parcours de la 28e Division de réserve qui a été « relevée de la Somme vers le 28 octobre 1916 ». Elle est envoyée « dans la région de Stenay et reconstituée. Au début de novembre 1916, elle occupe devant Verdun, le secteur d’Avocourt à la cote 304. Elle quitte le secteur entre le 7 et le 15 avril 1917. Rassemblée dans la région de Montfaucon, et embarquée vers le 16 à Brieulles elle quitte le secteur de Verdun à nouveau pour la Somme. Elle revient le 8 juillet 1917 et est mise au repos dans la région de Marville – Jametz jusqu’au début d’août. À cette date, elle monte en ligne sur la rive droite (Talou-cote 344). Elle est très éprouvée par l’attaque française du 20 août 1917 (deuxième bataille de Verdun, rive gauche et rive droite jusqu’à Bezonvaux). Elle est relevée le 30 août et part pour la Champagne ». Hans est donc mort au cours du mois d’août 1917…

Frédéric PLANCARD

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/03/23/la-plaque-a-livre-ses-secrets

Tags: , , , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont