LES MAIRES SIGNENT L’ARMISTICE

Post 74 of 185
un-moment-qui-ne-perd-rien-de-sa-solennite-avec-les-annees

Un moment très solennel, empreint d’émotion. Photo Franck LALLEMAND

Du vent, de la pluie, du brouillard. Olivier Gérard, le directeur de l’Ossuaire le précise : « Un 11 novembre sans ce temps-là, ce n’est pas vraiment un 11 novembre… » La cloche de l’Ossuaire retentit solennellement et semble demander le silence sur tout le champ de bataille de Verdun, où se dressent des millions de tombes de soldats morts pour la France pendant la Première Guerre Mondiale.

La commémoration de l’Armistice de 1918 a un retentissement particulier dans le monde entier en cette année du centenaire du début du conflit. Mais encore plus dans le département. Et les maires meusiens le savent bien. Cette année, la préfecture les avait tous conviés à cette grande cérémonie. Sur les 500 communes meusiennes, 250 maires ont répondu à l’appel. C’est plus qu’espéré initialement.

L’horaire avait été choisi pour qu’une majorité d’entre eux, du Sud comme du Nord, puissent se rendre à Douaumont mais également commémorer ce 11 novembre chez eux, dans leur commune. Un cortège d’écharpes tricolores impressionnant s’est donc retrouvé au milieu de la nécropole nationale. En compagnie de militaires, porte-drapeaux, autorités civiles, associations patriotiques… Et un public curieux de voir comment se déroulait une cérémonie du centenaire sur l’emblématique territoire de Verdun…

Sobriété et solennité sont toujours les maîtres mots qui entourent, chaque année, ces commémorations. La sonnerie aux morts a retenti. La Marseillaise a été jouée. La préfète, Isabelle Dilhac, a déposé une gerbe au pied du mât des couleurs de la nécropole nationale de Douaumont.

Une cérémonie qui peut paraître banale. Mais en fait pas du tout. Et c’est la toute nouvelle maire de Douaumont, élue en mars dernier, qui en parle le mieux : « Pour moi, c’est toujours très émouvant. Et quand j’entends la Marseillaise, ça me donne des frissons », confie Sylvaine Vaudron. Être maire d’un village détruit en 1916 revêtait un caractère très particulier en ce 11 novembre. En effet, les neufs premiers magistrats de Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-le-Mort-Homme, Douaumont, Fleury-devant-Douaumont, Haumont, Louvemont-Côte-du-Poivre, Vaux-devant-Damloup ont été invités, au sein de l’Ossuaire, à déposer une gerbe devant les tombeaux représentant leur village. « Avec ce geste, nous rendons hommage surtout à nos soldats », confie le maire de Fleury, Jean-Pierre Laparra.

Emilie FIEROBE

Source : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2014/11/12/les-maires-signent-l-armistice

Tags: , , , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont