L’OSSUAIRE SUR UN BILLET DE ZÉRO EURO

Post 39 of 183
un-billet-souvenir-qui-s-achete-deux-euros-photo-franck-lallemand

Un billet souvenir qui s’achète deux euros. Photo franck Lallemand

 

DES BILLETS DE 0 EURO VENDUS 2 EUROS ! Ce n’est pas une blague même si le concept a été officiellement lancé le 1er avril dernier. Un distributeur trône même à l’entrée de l’Ossuaire et un présentoir est posé sur le comptoir de la boutique.

« C’est un vrai billet ». Vous pouvez le passer aux ultra-violets, « tous les systèmes de sécurité vont apparaître ». Richard Faille a eu l’idée de ce petit bijou de technicité. Lui qui a déjà, en partenariat avec la Monnaie de Paris, créé le concept des médailles officielles proposées dans des centaines de monuments français. Il a récemment vendu ses droits pour se lancer dans le projet des billets souvenirs de 0 euro… Le papier est celui des billets de votre portefeuille, même l’odeur est identique. Et pour cause, sa mise au point s’est faite avec des designers fiduciaires pour obtenir un billet « qui ressemble à l’euro mais qui n’en est pas un. C’est un mix entre l’euro série 1 et l’euro série 2 ». Il a le format des coupures de 20 € et la couleur violette de celles des 500 €. « Ce n’est pas la reproduction d’un billet de banque », souligne Richard Faille.

Mais « chaque billet est unique » puisque toutes les spécifications techniques y sont : le filigrane, le numéro de série qui n’est jamais le même et la signature non pas de Mario Draghi, le président de la BCE, mais celle de Richard Faille, le patron de « €uro Banknote Memory SAS » qui émet ces billets souvenir… Il est même imprimé par une imprimerie fiduciaire qui réalise les billets de banque de dizaines de pays dans le monde. Le secret entoure le lieu de la fabrication mais une lettre du fameux numéro de série donne une localisation dans l’ouest de la France.

« C’est efficace, symbolique et moderne »

Seule différence, mais de taille, la coupure n’est pas émise par une banque centrale et n’a pas de valeur faciale. C’est pourquoi, elle ne porte pas la mention « Spécimen ».

Pour la première émission, Richard Faille a choisi de tirer 100 billets pour 100 grands sites. « C’est le produit officiel de ces endroits. M. Gérard (N.D.L.R. le directeur de l’Ossuaire) nous a fait confiance », précise-t-il. Le design a été travaillé en partenariat avec l’Ossuaire de Douaumont. Olivier Gérard confirme : « Richard Faille m’a contacté l’an passé. Et pour lancer ça, il fallait une photo qui sorte de l’ordinaire ». Mgr Gusching, le président de l’Ossuaire « a trouvé l’idée géniale ». Pour la photo du monument, c’est le cliché de Jean-Luc Kaluzko qui a été retenu. Il a été pris dans une nacelle à plus de 40 mètres de hauteur. « On se retrouve en face de l’Ossuaire. Vu du sol, ça ne donne pas la même chose et par avion, ce n’est vraiment pas pareil. Ce point de vue original, n’est pas possible sans nacelle », confie le photographe meusien.

Et le monument n’a pas été choisi au hasard. Lorsque Richard Faille, après 20 ans de médailles officielles, a réfléchi à ce concept, il a « pioché dans [sa] base de données ».

Forcément, lieu emblématique de la Première Guerre mondiale, l’Ossuaire de Douaumont en ces années du Centenaire, paraissait incontournable avec ses 400.000 visiteurs par an. L’autre lieu de mémoire retenu est le mémorial franco-anglais de Thiepval dans la Somme. « C’est un site qui reçoit 170.000 visiteurs par an », explique Richard Faille.

Également répartis sur le territoire national, les sites sélectionnés changeront l’an prochain et ceux qui disposent de ce produit continueront à l’avoir. Un véritable phénomène de collection est né.

« C’est efficace, symbolique et moderne », souligne Élodie Farcage, responsable de la communication de l’Ossuaire. Le lieu dispose de 10.000 billets et en a déjà vendu plus de 1.000. Certains collectionneurs souhaitent des numéros particuliers et demandent même à ce qu’on leur envoie les coupures par la poste.

Bio express

1967 : Naissance de Richard Faille à Chamalières (63)

1996 : il est le créateur des médailles souvenir vendues dans nombre de lieux touristiques et fabriquées par la Monnaie de Paris

2015 : Richard Faille lance le billet de 0 € souvenir dont deux pour un site de la Première Guerre mondiale. Le Lion de Belfort ou le Saut du Doubs ont aussi leur billet. Le concept doit se décliner bientôt au niveau européen et mondial

Frédéric PLANCARD

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/05/16/l-ossuaire-pour-zero-euro

Tags: , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont