Patrimoine de l’UNESCO : vers le classement de sites 14-18 de Meuse et Belfort

Post 133 of 184
l-ossuaire-de-douaumont-photo-franck-lallemand

L’Ossuaire de Douaumont. Photo Franck Lallemand

24 sites de 14-18 lorrains et franc-comtois dont ceux de Verdun et de Belfort sont retenus sur la liste des biens éligibles à un classement Unesco

80 sites français et 25 belges qui composent le front ouest de la Grande Guerre sont plus que jamais en course pour décrocher leur classement au patrimoine mondial de l’humanité établi par l’Unesco.
Même si le chemin est encore long, une étape importante a été franchie jeudi. Le comité national a décidé de retenir le projet porté par l’association « Paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre » dont les co-présidents sont les sénateurs Christian Namy, président du Conseil général de la Meuse, et Yves  Daubigny, président du  conseil général de l’Aisne.

Un ensemble de nations

Après l’audition jeudi après midi du secrétaire général de l’association, Serge Barcellini, également conseiller de Kader Arif, ministre délégué aux anciens combattants, et de deux autres membres du comité de pilotage du projet, l’organisme émanation du ministère de la culture et de l’environnement, a retenu le projet de classement  des principaux sites mémoriels du nord et de l’Est de la France. Les 80 sites français (mémorieux et nécropoles) qui représentent l’ensemble des nations impliquées dans le Premier conflit mondial dont la France, l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande Bretagne mais aussi, l’Australie ou des pays africains et asiatiques rejoignent la liste des « biens » éligibles au patrimoine mondial de l’humanité.  Pour un classement global comme cela a été le cas pour les sites Vauban.
Si elle est concomitante à l’année du centenaire, cette décision et ce choix ne sont pas liés aux célébrations à venir mais bien au fait que la Grande guerre dont les principaux sites du projet qui contribuent au devoir de mémoire, a été un moment essentiel dans la transformation  de l’humanité.

Douaumont, Saint-Mihiel, Belfort…

Cette inscription sur la liste française est une étape importante et essentielle mais elle n’est pas décisive. Désormais, l’équipe de Serge Barcellini va s’atteler à construire le projet qui sera présenté à l’Unesco par la France ou la Belgique, car les deux pays sont associés dans cette démarche. L’ambition est d’obtenir le classement Unesco avant 2018 et la fin de la période anniversaire du centenaire  de la Grande guerre
Si la liste des « biens » composant le projet est couvert par la discrétion pour éviter des conflits de clochers préjudiciables à la candidature devant l’Unesco, les deux sénateurs et  Serge Barcellini  nous ont confié que 22 d’entre eux se trouvaient en Lorraine. On retrouve notamment les incontournables : le champ de Bataille de Verdun et sa zone rouge, les forts de Douaumont et Vaux, et bien entendu la Nécropole nationale et l’Ossuaire de Douaumont, le saillant de Saint-Mihiel et l’Argonne.
Enfin deux sites franc-comtois ont été retenus du côté de Belfort : la sépulture du soldat Peugeot et une nécropole.

Les sites du débarquement du 6 juin ont aussi été inscrits sur la liste des sites éligibles que la France peut présenter devant l’Unesco pour un classement au patrimoine mondial de l’humanité.
Plus d’informations dans nos éditions papiers de ce samedi avec le dossier de Sébastien Georges

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/01/10/patrimoine-de-l-unesco-vers-le-classement-de-sites-14-18-de-meuse-et-belfort#jimage=E2D36ED7-553B-4D49-B423-C75B2898ED02

Tags: , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont