Poignée de mains à l’Ossuaire

Post 180 of 183

poignée de mains entre Ludwig Maurer et Jean-Pierre Laparra

Après Mitterrand et Kohl, Hollande et Gauck, c’est au tour du maire bavarois d’Hohenlinden, Ludwig Maurer, de donner une poignée de mains à Jean-Pierre Laparra, son homologue du village détruit de Fleury-devant-Douaumont.

Il est 15 h, ce lundi 9 septembre. Le bourgmestre allemand vient de déposer une gerbe à l’Ossuaire. À l’issue du dépôt de gerbe, un trompettiste bavarois a interprété Der Kamaraden, la sonnerie aux morts jouée outre-Rhin lors des cérémonies du souvenir.

La ville allemande d’Hohenlinden aime la France. Une association Hohenlinden 2000 a été créée en 1996 pour perpétuer le souvenir de la bataille d’Hohenlinden remportée par les Français le 23 décembre 1800. Y a combattu le régiment du 1er Chasseurs aujourd’hui basé à Thierville. Pourquoi ? Parce que la Bavière a profité de la nouvelle alliance avec Napoléon. En effet, si elle a perdu ses territoires sur la rive gauche du Rhin, la Franconie et la Souabe furent presque intégralement rattachées à la Principauté et plus tard au Royaume de Bavière. C’est ainsi que fut d’ailleurs formée la Bavière. Cette Bavière que nous connaissons aujourd’hui.

De plus, l’association veut perpétuer le souvenir de tous les combattants de cette bataille qu’ils soient Bavarois, Allemands, Français ou Autrichiens. C’est pour cela qu’elle a érigé un monument en leur honneur, à Denkmal près d’Hohenlinden.

Recueillement

Elle vient aussi se recueillir régulièrement en France. « C’est au Saillant de Saint-Mihiel que je les ai rencontrés la première fois », précise Martial Talfournier, de l’Association sportive et culturelle de Buxières-sous-les-Côtes.

Avec son association, et dans le cadre du Centenaire de la Bataille de Verdun, l’ancien commandant de compagnie de gendarmerie de Verdun a le projet de restaurer un monument situé sur la Tranchée de Calonne en hommage aux combattants bavarois. Il entretient donc des relations étroites avec le président de l’association Hohenlinden 2000, Martin Hubner. Lequel, accompagné d’une cinquantaine de membres de son organisation, s’est recueilli à l’Ossuaire. Avant de rendre visite aux militaires du 1er Rch de Thierville.

Aujourd’hui, cette délégation allemande passera à Saint-Mihiel, Woinville puis Vigneulles. Avant de retourner à Hohenlinden. Après cinq jours passés en France et notamment à Paris.

P.I.

Source : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2013/09/10/poignee-de-mains-a-l-ossuaire

Tags: , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont