Que faire des Poilus retrouvés?

Post 163 of 184

C’est la question qu’a posée le maire de Fleury-devant-Douaumont au ministre des Anciens Combattants.

Il déplore le fait d’être « laissé dans un vide le plus absolu ». Alors que les restes d’un soldat allemand viennent d’être retrouvés sous le chantier du Mémorial de Verdun, et après le retentissement de la découverte en juin dernier des ossements de vingt-six soldats français morts en 1916 à Fleury-devant-Douaumont, le soufflé semble être retombé. Jean-Pierre Laparra n’a plus les cartes en mains, et n’a pas plus d’informations sur ce qu’il va advenir de ces Poilus retrouvés. « On ne sait même pas qui gère », se désespère-t-il. Le maire de Fleury a donc décidé d’écrire au Ministre des Anciens Combattants, Kader Arif, l’interpellant sur « la nécessité d’un hommage officiel qui devrait être rendu à ces morts avant qu’ils ne soient remis en terre et que l’un d’eux soit restitué à sa famille en Corse ».

Une cérémonie est en effet prévu autour des commémorations du 11-Novembre à Vescovato, en Haute-Corse, village d’origine de l’un des vingt-six Poilus. Le départ de Verdun de la dépouille est programmé dans le courant de la semaine. Elle devrait vraisemblablement quitter le site des sépultures militaires, allée de Désandrouins à Verdun jeudi pour rejoindre la Corse le lendemain. « Un second soldat doit s’en aller prochainement à Cestas, c’est la commune qui le reprend », explique Jean-Pierre Laparra.

S’il dit « concevoir l’enterrement sans formalités particulières de débris humains voire de squelettes, anonymes ou non, découverts presque chaque année sur les sites des champs de bataille », le maire de Fleury estime en revanche « qu’il paraît difficile que la mise en terre des restes de tant de soldats se déroule sans témoins et surtout sans un minimum de cérémonial ».

« L’hommage n’apparaît pas dans les calendriers des administrations »

Ce qu’il envisage ? Une cérémonie où les honneurs militaires seraient rendus à ces Poilus, en présence des autorités locales. « Sans aller trop loin », assure-t-il. Mais c’est selon lui un minimum, « alors qu’il est demandé à tous ceux qui se sentent encore concernés par le souvenir de la Grande Guerre de commémorer les événements de 1914 ».

Si Jean-Pierre Laparra s’empare du dossier, c’est que sans retour des soldats dans leur commune d’origine, ils devront être inhumés à Fleury, village détruit en 1916. Mais à l’heure actuelle, alors qu’approchent à grands pas les commémorations du 11-Novembre, « cet hommage n’apparaît pas dans les calendriers des administrations », se désole-t-il.

14-18 semble bien loin dans les esprits aujourd’hui. « Mais les familles des morts et des disparus de ce conflit, ainsi que des survivants aujourd’hui décédés cherchent à connaître les événements vécus par ceux qui font encore l’objet de leur intérêt », martèle Jean-Pierre Laparra. Il en veut pour preuve les nombreux courriers qu’il reçoit régulièrement en ce sens.

Alors que faire de ces Poilus ? Le maire de Fleury attend une réponse et des consignes. En tout cas, à ses yeux, « l’absence apparente de volonté manifestée par l’État dans cette affaire d’hommage nuit à la crédibilité du projet du Centenaire ».

Léa BOSCHIERO

Source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/11/06/que-faire-des-poilus-retrouves

Tags: , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont