Sauvetage à l’Ossuaire

Post 179 of 183
Sauvetage à l'ossuaire

La victime fictive a effectué une descente de 40 m entre le sommet de la tour et la crypte. Photo F.L.

La première fois qu’ils ont effectué cette manœuvre, c’était il y a deux ans. Depuis, les pompiers du GRIMP (groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) ont demandé à l’équipe de l’Ossuaire de Douaumont d’installer des points d’ancrages tout en haut de la tour, pour faciliter leur intervention. « Pendant les travaux, l’entreprise Varnerot a fixé des broches, des espèces de gros bouts de ferraille avec un anneau au bout », explique David Tonnellatto, chef d’unité du GRIMP.

Deux ans plus tard, une équipe de sept pompiers est donc revenue sur place pour tester ce nouveau dispositif. L’un d’entre eux a joué le rôle de la victime, qu’il fallait évacuer jusque dans la crypte. Une descente de plus de quarante mètres.

En cas d’intervention réelle, les pompiers du Grimp seraient au minimum cinq, un chef d’unité et quatre équipiers. « Si quelqu’un se trouve tout en haut et fait un malaise cardiaque par exemple, et que le médecin du SAMU a besoin de redescendre la victime rapidement, nous pourrions être amenés à intervenir », explique le chef d’unité. Car les escaliers de la tour de l’Ossuaire sont « très escarpés », rappelle David Tonnellatto.

Toute la manœuvre, de l’arrivée des pompiers sur place à l’arrivée du blessé au sol, a duré quarante minutes. « L’essai a été très concluant », se félicite David Tonnellatto.

L.Bo

Source : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2013/10/05/sauvetage-a-l-ossuaire

Tags: , , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont