UN PRÉFET EN CAMPAGNE

Post 64 of 185

title
Jean-Michel Mougard est le nouveau préfet de la Meuse. En privilégiant la concertation, son action s’articulera autour du développement économique, du Centenaire et de la sécurité.

Directeur des ressources humaines de la Préfecture de police de Paris (54.000 personnes), Jean-Michel Mougard, 58 ans, a changé de monde hier. Certes, la ruralité n’est pas totalement inconnue pour le nouveau préfet de la Meuse, secrétaire général des préfectures de Meurthe-et-Moselle (2007-2009) et de Seine-Maritime (2009-2011). Néanmoins, au regard de ses fonctions précédentes, le contraste est saisissant.

Il a abordé sa nouvelle vie de préfet en sillonnant la Meuse, découvrant son réseau routier, ses paysages et son histoire. Un incontournable d’une journée d’installation préfectorale. En marge d’une rencontre avec les acteurs du territoire et des entretiens avec les maires des trois villes principales (Bar-le-Duc, Verdun, Commercy), Jean-Michel Mougard s’est plongé avec émotion dans l’ADN du département. Par des dépôts de gerbes devant les monuments aux morts et une étape à Douaumont. « La Meuse représente un pan entier de l’histoire de France. Une de mes actions sera évidemment tournée vers la préparation du Centenaire. C’est dans un an ! Nous devons nous mettre en ordre de bataille pour que la Meuse réussisse ce rendez-vous. Je mènerai ce dossier comme tous les autres dans le dialogue et la concertation qui doit être un réflexe. J’y suis très attaché. Cela permet d’être éclairé, même si la décision me revient », explique Jean-Michel Mougard.

Il veut appliquer cette méthode à tous les dossiers. À commencer par celui du développement économique. Il rêve de voir Safran essaimer. « Ce n’est pas seulement 400 emplois mais une entreprise d’envergure qui a choisi la Meuse. Il faut se battre pour en attirer d’autres. Pourquoi pas un centre de recherche et développement. L’emploi sera une priorité et cela passe par l’activité économique. Nous devons tous travailler ensemble », estime Jean-Michel Mougard, prudent sur les dossiers comme la gare TGV ou Bure. « Il faut que je m’imprègne. Avec Bure, il y a le levier du GIP. Les crédits doivent aussi être orientés vers le développement économique. Je vais m’intéresser au territoire et je vais aller à la rencontre des gens », insiste Jean-Michel Mougard. Ce sera notamment le cas avec les agriculteurs et avec les élus pour la réforme de la carte intercommunale qui constituera un des temps forts de son action. « Il y a un travail de remodelage nécessaire sur le département », affirme-t-il en évoquant aussi la sécurité. Les violences gratuites et intergénérationnelles ainsi que la sécurité routière le préoccupent et feront l’objet de décisions rapides.

Après les cérémonies de Bar-le-Duc et Verdun et avant celle de Commercy, le passage obligé pour tout nouveau préfet, c’est la nécropole nationale de Douaumont. Hier, dans un froid pinçant, Jean-Michel Mougard, a déposé une gerbe au pied du mât des couleurs, au milieu des croix des soldats tombés durant la Bataille de Verdun. Puis le représentant de l’État a été accueilli par Mgr Gusching, évêque de Verdun et président de l’Ossuaire, et par Olivier Gérard, le directeur. Il a ensuite parcouru la nef de ce symbole de la Grande Guerre. Les explications lui ont été données par Francis Lefort, vice-président. Après un passage dans la chapelle et sur la tombe de Mgr Ginisty, fondateur de l’Ossuaire, le nouveau préfet de la Meuse a écrit quelques lignes sur le livre d’or comme c’est la tradition : « C’est avec une grande émotion que ce 1erdécembre 2014, j’ai déposé une gerbe en l’honneur et à la mémoire de tous les combattants de Verdun ».

Sébastien GEORGES F.P.

Source : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2014/12/02/un-prefet-en-campagne

Tags: , ,

This article was written by ossuaire-de-douaumont